Imprimer cette page
14 janvier 2019

Économie-Énergies renouvelables : la Côte d’Ivoire élabore un plan d’action national sur la cuisson durable

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Ajouter un commentaire

Dans le cadre de la validation du Plan d’Action National de l’Énergie de cuisson de la Côte d’Ivoire, le Centre pour les Énergies Renouvelables et l’Efficacité Énergétique de la CEDEAO (ECREEE) en collaboration avec le Ministère du Pétrole, de l’Énergie et des Énergies Renouvelables, a organisé ce jeudi à Abidjan, l’atelier de validation dudit plan d’action. En ligne de mire, le partage, entre autres, des connaissances et expériences sur la gestion durable, la transformation et l’utilisation de la biomasse, y compris les ressources forestières pour la cuisson durable.

« Le passage de la bioénergie traditionnelle à la bioénergie moderne, l’accès aux combustibles modernes et des technologies de cuisson propres peuvent réduire la mortalité et les maladies causées par la pollution de l’air intérieur, libérer les femmes et les enfants de la collecte de combustibles ligneux et réduire la déforestation et créer des activités génératrices de revenus surtout dans les zones rurales pauvres, devenant ainsi un facteur de réduction de la pauvreté » a assuré Guéi Guillaume Kouhié, chargé de programme énergie renouvelable à l’ECREEE. Il est donc, selon lui, « impérieux d’accélérer l’accès aux combustibles modernes et aux installations de cuisson propres dans la région de la CEDEAO. C’est donc pour adresser ces problématiques que l’ECREEE met en place des interventions régionales(…)Afin de décliner cette stratégie régionale au plan national, l’ECREEE a appuyé l’ensemble des pays membres à élaborer leurs plans d’action nationaux alignés sur les différents piliers de la stratégie régionale » a-t-il expliqué, appelant à un plan d’action inclusif dont la mise en œuvre permettra l’atteinte des objectifs de la Côte d’Ivoire en matière de cuisson durable. Cet atelier de validation signe donc la fin de ce processus pour le pays, dans la recherche de solutions durables d’accès à l’énergie moderne. Cissé Sabati, Directeur Général de l’Énergie dit attendre beaucoup de cet atelier, au nom du ministère du pétrole, de l’énergie et des énergies renouvelables : « les Chefs d’Etats de la CEDEAO ambitionnent que la sous-région puisse atteindre 100% de la cuisson durable moderne d’ici 2030. Pour y parvenir, il faut des plans d’actions, une cohérence de ces plans et la recherche de financements. En ce qui concerne la Côte d’Ivoire nous sommes à la validation du plan d’action pour une démarche claire et nette » s’est-il réjoui.

L’atelier a notamment permis de présenter aux acteurs, discuter et valider le projet de plan d’action national sur la cuisson et ses solutions d’énergie de cuisson durables et présenter la Politique de la CEDEAO sur la bioénergie récemment approuvée par les Chefs d’État et de Gouvernements de la CEDEAO et les opportunités d’utilisation durable des ressources de la biomasse aux bénéfices économiques, environnementaux et sociaux des populations et les moyens de promouvoir simultanément la sécurité alimentaire et énergétique. Plus des trois quarts des 350 millions d’habitants estimés de la CEDEAO dépendent de la biomasse traditionnelle comme principale source d’énergie. Cette forte dépendance à l’égard du bois et du charbon de bois traditionnel a entrainé, au cours des dernières décennies, un épuisement massif des ressources forestières, amplifié par une population croissante, avec des conséquences économiques, sociales et sanitaires dévastateurs pour les populations rurales et les pauvres.

Publié le vendredi 11 janvier 2019  |  Abidjan.net

Lu 494 fois